23 nov. 2017

Massivement utilisé par les destinations touristiques pour leur promotion, le réseau social montre des signes inquiétants concernant la visibilité de leurs contenus.

Avec 33 millions d’utilisateurs en France, Facebook est un medium incontournable pour promouvoir son offre touristique et échanger avec une communauté de clients ou de fans.

Mais, depuis quelques années, l’entreprise de Mark Zuckerberg modifie son algorithme (le code informatique programmé pour suivre une certaine logique) afin de diminuer la visibilité des pages des professionnels sur le mur d’actualité des utilisateurs. La raison officielle évoquée est de proposer à l’internaute une meilleure expérience sur le réseau social : privilégier les publications des amis plutôt que le contenu produit par les professionnels.

Les spécialistes estiment ainsi, que depuis le début de l’année 2017, l’engagement des utilisateurs (commentaires, « likes » et partages) a baissé de plus de 20 % dans le monde. Entre janvier et juillet 2016, la portée organique (audience naturelle sans achat) des liens partagés par les professionnels avait déjà chuté de 52 %. Moins d’échange et d’engagement sur les pages signifie moins de visibilité avec les partages et une viralité en berne. Une tendance qui ne va pas s’améliorer dans les années à venir.

La dernière fonctionnalité de Facebook, encore testée dans 6 pays (Bolivie, Guatemala, Serbie, Slovaquie, Cambodge, Sri Lanka), diminue, voire supprime, la visibilité du contenu promotionnel sur les murs d’actualité des utilisateurs. En effet, cette fonction, appelée « fil explorer », regroupe toutes les publications des marques suivies par les internautes en un seul endroit, un onglet du menu peu accessible et peu visible du grand public.
Seront accessibles sur le mur social des utilisateurs, les publications des amis et le contenu sponsorisé. Autrement dit, il faudra payer systématiquement Facebook pour être à nouveau visible.

Dans les 6 pays tests, les conséquences sont catastrophiques, puisque l’engagement (commentaires, likes, partages) a été divisé par 4 depuis la mise en place du fil explorer.

Cette nouvelle fonction n’est pas en place actuellement en France (et ne le sera peut-être pas sous cette forme), Facebook ayant annoncé officiellement que les essais se poursuivront pendant plusieurs mois avant un déploiement dans d’autres pays.
Mais cette évolution sonne comme un avertissement pour les professionnels du tourisme : être présent sur un seul réseau social est dangereux. Ne pas diversifier sa présence sur d’autres réseaux sociaux (Instagram, Twitter, Pinterest, Youtube…) vous expose à devoir payer toujours plus pour maintenir une visibilité correcte.

 

Sources : blogdumoderateur.com